Logo des Gee-Gees
Université d'Ottawa

JOUEUR INTRONISÉ AU TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU FOOTBALL : JOSH SACOBIE

Vendredi 13 Avril 2018
Josh Sacobie leads the Gee-Gees
Photo: 
uOttawa Sports Services

À l’approche du Souper Touchdown, qui aura lieu ce mois-ci et qui sera présenté par l’Association des anciens du football 1881, l’Université d’Ottawa est heureuse de présenter le profil de chacun des joueurs qui seront intronisés au Temple de la renommée cette année. Josh Sacobie détient le record des Gee‑Gees au chapitre du nombre de verges par la passe et de touchés en carrière. Il a aussi été nommé joueur par excellence de la Coupe Yates en 2006. Il sera intronisé lors du Souper Touchdown et deviendra ainsi le troisième joueur de 2005 et des années suivantes à faire son entrée au Temple de la renommée.

Le Souper Touchdown se tiendra le samedi 28 avril au Centre national des Arts. Les réalisations de Josh Sacobie, ainsi que celles de Steve Alexandre, Marcel Bellefeuille, Al Moffat et l’équipe de 1965, y seront saluées. Les billets, au coût de 150 $ par personne, sont en vente ici. Il est possible également de réserver une table pour 10 personnes. Les anciens, les familles et les amis des Gee-Gees sont tous invités. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 23 avril.

Originaire de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, et fier de ses racines maritimes, Josh Sacobie a revêtu le chandail des Gee-Gees pour la première fois en 2004, mais il insiste pour dire que son chandail était encore bien propre à la fin du match. L’athlète, qui sera intronisé au Temple de la renommée, avait connu du succès au niveau collégial, à Champlain-Lennoxville, mais quand il avait rencontré l’entraîneur-chef Denis Piché et le coordonnateur défensif Danny Laramee dans un gymnase délabré de Montréal, rien ne lui avait été promis. « Je me souviens très bien d’eux parce qu’ils sortaient du lot. Ils étaient posés et honnêtes. »

Sacobie est arrivé à Ottawa quatre mois avant le début de la saison afin de bien se préparer. Tous les matins, à 7 h, il s’est entraîné avec les receveurs au terrain Matt Anthony. Grâce à cette décision, Sacobie était prêt et connaissait bien le jeu offensif quand on a fait appel à lui à la mi-temps lors de son troisième match en carrière dans les SUO. L’athlète, qui avait effectué quelques passes la semaine précédente, a permis aux Gee-Gees de revenir de l’arrière et de remporter la victoire. Il deviendrait alors le quart-arrière partant des Gee-Gees pour les cinq prochaines saisons.

Après avoir obtenu 1440 verges au cours de sa première année, une solide performance, Sacobie établirait, pendant le reste de sa carrière, le record des Gee-Gees avec 9885 verges par la passe en saison régulière. Ses 79 touchés en saison régulière le classent, encore aujourd’hui, deuxième de toute l’histoire des U SPORTS, à égalité avec un autre joueur. Il s’empresse de dire que ses coéquipiers y sont pour quelque chose.

« Pendant ma première année, il y avait beaucoup de jeunes joueurs et la compétition était féroce. J’aimais cela, car nous nous poussions les uns les autres et nous nous améliorons ensemble. Mes coéquipiers avaient une grande influence sur moi. »

« Chacun de nos receveurs avait des habiletés différentes, mais en tant que groupe, nous avions tout ce qu’il fallait, affirme Sacobie. Nous apportions tous quelque chose d’unique sur le terrain et sur le plan humain. Nous communiquions très bien. Nous avions du succès quand nous réussissions à créer une harmonie et une synergie. »

« Il y avait toujours une certaine facilité dans le jeu de Josh, raconte son coéquipier Kyle Kirkwood. À force de le regarder tous les jours, nous nous sommes habitués à le voir accomplir des choses extraordinaires avec une grande facilité. Quand tu es bloqueur et que tu joues aux côtés d’un quart-arrière aussi talentueux, tu trouves toujours le petit supplément d’énergie nécessaire pour qu’il reste en forme et qu’il continue de te mener vers la victoire. »

Après bien des victoires, des verges par la passe et des touchés, ainsi que deux participations aux demi-finales des SUO en 2004 et en 2005, la Coupe Yates est arrivée à Ottawa en 2006.

« Tout le monde parle de cette année-là avec beaucoup d’émotion, dit Sacobie en pensant à ses coéquipiers. Nous aurions pu nous rendre encore plus loin. Nous avions remporté tant de prix : [nous avions 11 joueurs étoiles, Denis Piché avait été nommé entraîneur de l’année de SIC et Naim El-Far, notre joueur de ligne offensive, avait remporté le Prix Russ Jackson]. Voilà qui prouve à quel point notre équipe était forte. »

« La ligne défensive a poussé la ligne offensive à devenir encore meilleure, car elle faisait un si bon travail. Les deux unités se complétaient parfaitement. Nous avions aussi beaucoup de profondeur cette année-là : nos demis offensifs, nos secondeurs, les vétérans de notre ligne offensive étaient tous de grands athlètes. Nous avions de bons joueurs partout sur le terrain pour marquer des points. »

Sacobie a pu compter sur les porteurs de ballon lors de la deuxième partie du match de la Coupe Yates, qui s’est déroulé sous la pluie, et il a été nommé joueur par excellence grâce à sa fiche de 23-38 et ses 220 verges. En 2006, il avait dit à la blague : « Il ne me restera plus un sou maintenant. Je vais devoir gâter les joueurs de la ligne offensive. »

« Sa plus grande force, c’était sa persévérance, déclare Kevin Kelly, l’un des joueurs de la ligne offensive. Peu importe ce qui arrivait pendant un match, le numéro 15 trouvait toujours un moyen pour surmonter les difficultés et marquer des points pour son équipe. »

En 2007, les Gee-Gees ont obtenu une fiche parfaite de 8-0 en saison régulière et Sacobie a été nommé joueur par excellence des SUO. Il avait connu sa meilleure saison : 2320 verges et 21 touchés. C’était la dernière saison de plusieurs vétérans de l’équipe et Sacobie avait le goût de partir avec eux.

« Ils avaient toujours été d’excellents leaders et je n’avais donc pas eu à assumer ce rôle au début de ma carrière, explique Sacobie. Les joueurs qui étaient arrivés avant moi avaient eu beaucoup d’influence et je les respectais énormément. L’esprit d’équipe était important pour moi et après leur départ, j’ai ressenti le besoin de devenir un leader encore plus présent pendant ma cinquième année. »

En plus de son dévouement sur le terrain de football, Josh avait pris conscience de l’importance de son rôle d’athlète-étudiant. Il est devenu un ambassadeur : il a pris la parole dans la communauté, il a travaillé dans des camps de football et il a été un mentor pour les jeunes autochtones. « Des occasions uniques se présentent aux athlètes-étudiants. Au début, j’avais un peu peur, mais je suis le genre de personne qui fonce malgré la peur. »

Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, Sacobie a décroché un poste à Football Canada, où il travaillé pendant quatre ans. « Je voulais rester à Ottawa et y faire carrière », affirme l’ancien coordonnateur technique, qui est maintenant entraîneur à temps plein à l’Université Carleton. En plus d’avoir travaillé au bureau national de Football Canada, Sacobie a représenté le Canada sur la scène internationale : comme joueur, en 2011, au championnat du monde senior masculin de l’IFAF et comme entraîneur, en 2010, au championnat du monde senior féminin.

« À Football Canada, j’ai travaillé sous la direction de Rick Sowieta et il m’a fait confiance. J’ai pu m’occuper du développement de programmes, des équipes nationales, de la formation des entraîneurs, de la sensibilisation communautaire et des activités pour les Autochtones. J’ai été très chanceux. »

« À l’époque, au Nouveau-Brunswick, le football n’était pas le sport le plus populaire, alors il y avait peu de joueurs. Aujourd’hui, les associations et les programmes s’améliorent dans les Maritimes. Je m’intéresse aux histoires des jeunes athlètes de là-bas parce que je sais à quoi ressemble leur réalité. »

Sacobie est fier également de voir que les quarts-arrière des Gee-Gees continuent d’avoir du succès. D’ailleurs, il a lancé le ballon à Brad Sinopoli et a entraîné Aaron Colbon en 2011 alors qu’il faisait partie de l’équipe d’entraîneurs.

« Le fait de voir que le succès des quarts-arrière se poursuit me rend heureux et reconnaissant d’avoir été membre de l’équipe. Les anciens et les vétérans donnent toujours le même conseil : profitez de chaque moment, car c’est une chance unique. C’est le même conseil année après année. Grâce à sa longue tradition, le programme des Gee-Gees est remarquable. »