Logo des Gee-Gees
Université d'Ottawa

Des Gee-Gees diplômés repensent à leur carrière universitaire

Jeudi 22 Juin 2017
Belalrdini, Lemire and Forand with their diploma.

Kellie Forand, Domenic Bellardini et Vickie Lemire sont tous des athlètes de quatrième année à l’Université d’Ottawa. La collation des grades avait lieu les 17-19 et 20 juin au Centre Shaw et ils ont tous pris place sur la scène pour souligner la fin de leurs études de premier cycle.

Les trois athlètes ont pris quelques instants pour repenser à leur expérience avec les Gee-Gees.

Kellie Forand

La joueuse originaire de Shawinigan a joué quatre saisons avec le programme de basketball et elle a disputé 65 parties de saison régulière, elle a passé 1109 minutes sur le terrain et amassé 210 points et 136 rebonds. Durant ces quatre années, elle a été une joueuse étoile sur le terrain, mais elle a également excellé à l’extérieur. Elle a reçu le prix du recteur de l’Université d’Ottawa pour souligner son dévouement envers les sports, l’école et la communauté. Elle a également été nommée étoile académique canadienne U SPORTS à quatre occasions et elle a conservé la meilleure MPA (10.0) chez tous les étudiants-athlètes de l’Université d’Ottawa lors de la saison 2013-2014.

Tout en jonglant entre les sports et l’école, Forand a conservé une MPA cumulative de 9,7. Pour ses réalisations, elle a été nommée majore de promotion de la Faculté des arts et elle a reçu une plaque de la faculté en communication, une récompense remise à l’étudiant qui conserve la moyenne la plus élevée dans un programme de baccalauréat du département de communication.

Forand a parlé de ses plus beaux souvenirs avec les Gee-Gees.

« L’un de mes meilleurs moments est lorsque nous avons joué contre Ryerson au Maple Leaf Gardens. Nous étions toutes les deux invaincues, alors c’était un match important. Je surveillais Keneca Pingue-Giles, qui a été nommée joueuse par excellence de SIC cette année-là. Le match a été serré tout le long et il nous a fallu deux prolongations pour l'emporter par trois points. C’est un souvenir important parce que nous nous sommes vraiment regroupées ce jour-là. Nous étions toutes fatiguées, personne ne nous encourageait et tout ce que nous avions c’était nos coéquipières. Mais c’était assez. Ce moment, et plusieurs autres ont fait grandir mon sentiment d’appartenance envers la famille des Gee-Gees et m’ont rendue vraiment fière de représenter l’Université d’Ottawa. »

Elle soutient que c’est le fait d’être une étudiante-athlète qui lui a permis d’être la personne qu’elle est aujourd’hui. « Être étudiante-athlète m’a formée de plusieurs manières. On entend toujours dire que ça t’apprend à gérer ton temps, la discipline et l’éthique de travail, mais c’est beaucoup plus que ça.

Le sport d’équipe t’enseigne à poursuivre des objectifs communs avec d’autres personnes et à être capable de travailler ensemble pour les atteindre. Ça veut dire de mettre de côté ton caractère ou ton égo et de te concentrer sur quelque chose de plus grand. Ça veut aussi dire de s’adapter et de prendre le rôle que l’équipe a besoin que tu occupes. Comme étudiant-athlète, tu apprends aussi à prioriser plusieurs choses dans la vie. Quand le temps est limité, tu dois faire des choix et c’est vraiment utile d’affronter ces situations aussi tôt dans la vie. Je dirais vraiment qu’être une étudiante-athlète m’a aidée à me développer comme personne et à forger ma personnalité et mon caractère pour le mieux! »

Quant à la suite des choses, Forand sera de retour pour effectuer une maitrise et jouer une cinquième année avec l’équipe de basketball. « Ma thèse portera sur la communication dans les groupes bilingues et la manière dont les leaders ou les gestionnaires peuvent améliorer les performances dans de tels groupes. » Elle est très excitée de revenir pour disputer sa dernière année d’admissibilité U SPORTS. « C’est très important pour moi de jouer une dernière année avec mon équipe et je n’aurais jamais pensé que j’aurais disputé mes cinq années. Après ça, on verra. Mon objectif à long terme est de lancer ma propre entreprise. Je cherche donc à obtenir de l’expérience en marketing, en communication et en relations publiques dans les prochaines années et à continuer à bâtir mon réseau. »

Être une Gee-Gee a une grande importance pour Forand et elle chérira toujours ses souvenirs avec le programme. « Être une Gee-Gee signifie être une personne qui travaille fort, qui est dévouée et qui représente fièrement l’Université d’Ottawa. Je suis très fière de faire partie de la famille des Gee-Gees parce que tout le monde est plus qu’un bon joueur, ce sont de bonnes personnes. Le caractère de tous les Gee-Gees est ce qui nous définit. »

Kellie Forand était une vedette lorsqu’elle a effectué un discours à la collation des grades de la Faculté des arts avant que le premier ministre Justin Trudeau vienne sur scène pour s’adresser aux diplômés de la Faculté des arts.

Domenic Bellardini

Originaire de Mount Hope, en Ontario, Bellardini a joué quatre saisons avec l’équipe de football comme botteur de dégagement partant. Il a disputé un total de 28 parties en saison régulière avec les Gee-Gees, réalisant 204 dégagements pour un total de 7334 verges. Il avait les compétences particulières qui lui ont permis de jouer au football au niveau universitaire tout en réussissant ses études en génie civil, ce qui n’est pas une mince affaire.

L’un des meilleurs souvenirs de Bellardini a eu lieu lors de l’ouverture du nouveau terrain des Gee-Gees. « Lorsque le terrain des Gee-Gees a ouvert en 2013 pour sa première saison de football, j’ai effectué le botté d’envoi contre Toronto. Non seulement c’était le premier jeu de ce match, c’était aussi le premier jeu au terrain des Gee-Gees. Pour moi, c’est un moment historique pour la famille des Gee-Gees, ouvrir le tout nouveau terrain sur le campus, et c’est quelque chose à quoi j’ai pu participer. »

Être un étudiant-athlète a eu un grand impact dans sa vie. « J’ai appris et appliqué (et je les applique toujours) tellement de compétences qui me seront utiles dans la vie tout au long de ma carrière universitaire et qui m’ont permis d’être la personne que je suis aujourd’hui. Faire partie d’une équipe m’a montré à être dévoué et engagé lors des moments plus difficiles. Ça m’a permis de comprendre comment travailler avec les autres de manière constructive pour atteindre des objectifs plus grands que ses buts personnels. C’est aussi transférable dans la salle de classe puisque tu dois arriver à l’heure, respecter les dates limites des devoirs, faire des projets de groupes, etc.

En général, être un étudiant-athlète m’a montré à avoir une vie équilibrée. J’ai appris comment planifier et gérer mon temps pour m’assurer que j’étais totalement dévoué à mon sport et mes études, mais aussi que j’avais le temps pour les activités sociales. Toutes ces leçons m’ont aidé à devenir qui je suis aujourd’hui et je peux le transférer dans ma vie personnelle, dans mes relations avec ma famille et mes amis et dans le monde du travail. »

La vie après le football universitaire s’annonce excitante pour Bellardini. Il mentionne : « J’ai récemment été embauché par une firme d’ingénierie, où j’ai obtenu mon premier poste en génie. Je resterai ici, dans la région d’Ottawa. Je suis très heureux et j’aime ce que je fais jusqu’à présent. C’est agréable de finalement appliquer dans le vrai monde tout ce que j’ai étudié à l’école, particulièrement après avoir occupé un nombre incalculable de postes à temps partiel pendant l’été qui n’étaient pas reliés à mon domaine d’étude. »

Il planifie également obtenir son permis d’ingénieur professionnel et continuer à s’impliquer dans le football. « J’espère être entraineur un jour et redonner à ma communauté (peu importe où c'est). J’admire les entraineurs que j’ai eus, à l’Université et avant que j’étais plus jeune, puisqu’ils m’ont montré ce qu’ils savaient et qu’ils m’ont aidé à réaliser mes rêves. » Finalement, il aimerait voyager à travers le monde pour découvrir les modes de vie des différentes cultures.

Bellardini note qu’être un Gee-Gee est un privilège. « On retrouve une riche histoire de personnes exceptionnelles et qui ont connu du succès, et avec ça viennent des traditions et un héritage. Être un Gee-Gee signifie que tu comprends que tu fais maintenant partie d’une nouvelle famille plus grande que toi, que la manière dont tu te comportes a un impact sur toute la famille des Gee-Gees. Tu as la responsabilité d’être la meilleure personne possible. Je crois qu’avec toute l’histoire, la tradition et le futur prometteur vient une grande fierté d’être un Gee-Gee et toujours se tenir la tête haute lorsque quelqu’un te pose la question. »

Vickie Lemire

La capitaine de l’équipe féminine de hockey termine ses études de premier cycle en sciences de l’activité physique et elle a été importante pour son équipe et pour tous les étudiants-athlètes à l’Université d’Ottawa. Elle est présidente du Conseil des étudiants-athlètes de l’Université d’Ottawa et bénévole à l’Association canadienne pour l’avancement des femmes dans les sports et l’activité physique. Elle a aussi été nommée étoile académique canadienne à deux occasions. Toute son implication dans les sports et au sein de la communauté lui a permis d’obtenir le prix du leadership et de l’engagement communautaire en 2016.

En plus de son leadership et de son implication dans la communauté, Lemire a excellé sur la patinoire. Elle a été recrue de l’année du RSEQ en 2013-2014 et elle a été nommée sur l’équipe étoile des recrues du RSEQ et de SIC. Son jeu exceptionnel lui a aussi permis de participer au camp de développement de l’équipe nationale U18 de Hockey Canada après avoir représenté l’Équipe Québec aux championnats nationaux U18. Elle a disputé 80 parties en saison régulière et elle a amassé 13 buts et 27 passes dans ses quatre saisons avec les Gee-Gees.

Lemire a eu de la difficulté à choisir un seul souvenir à nous raconter. « Pour être honnête, c’est très difficile de choisir. Je dirais que mon plus beau souvenir est en fait toutes les personnes que j’ai rencontrées durant mes quatre années à l’Université d’Ottawa. Je parle de mes coéquipières, du personnel d’entraineurs, du personnel du Service des sports et de tous les autres étudiants-athlètes. Malgré plusieurs victoires mémorables, ça revient toujours aux personnes et au temps de qualité que j’ai passé avec elles.

Être une étudiante-athlète m’a permis de devenir la personne que je suis aujourd’hui de plusieurs manières positives. Tu dois jongler entre l’école, le sport, le travail, l’entrainement et la vie personnelle. À ma dernière année d’université, je travaillais plus de 25 heures par semaine en plus du hockey, de l’entrainement et de l’école, alors je suis devenue une spécialiste de la gestion du temps! Le sport m’a donné plusieurs compétences qui se transfèrent dans la vie, par exemple de garder une vie saine et active, le leadership, le respect, la confiance et la discipline. Je suis vraiment reconnaissante envers le sport qui m’a permis de devenir la personne que je suis aujourd’hui. »

Tout comme Bellardini, Lemire a trouvé un poste dans son domaine d’étude. « J’ai eu la chance d’obtenir un emploi dans mon domaine avant même d’obtenir mon diplôme. Je travaille maintenant à temps plein à l’Association canadienne des entraineurs, une organisation multisports sans but lucratif. Je suis également entraineuse adjointe pour une équipe de hockey féminin locale afin de partager ma passion et mes connaissances du sport. Même si je ne suis plus une étudiante-athlète, je ne quitterai pas le monde du sport de sitôt. »

Lemire nous a parlé de ce que représente le fait d’être une Gee-Gee à l’Université d’Ottawa. « Pour moi, être une Gee-Gee signifie de laisser un héritage, de redonner à la communauté tout en excellant à l’école et dans le sport, c’est le respect et la détermination de réussir dans les différentes sphères de la vie. Pour moi, être une Gee-Gee, c’est aussi de faire partie d’une grande famille. »